À propos

À la retraite ? Un DJ ne part jamais en retraite. Mon parcours ? Essentiellement en discothèque. Je dois d’abord remercier Jeff, le directeur du premier club où j’ai officié, en 1993 (et oui, cela ne nous rajeunit pas) : Le Rive Gauche. À l’époque, le fonctionnement d’une table de mixage m’était pratiquement inconnu. J’ai dû apprendre sur le tas … quel culot quand j’y repense ! Après un bref passage au Taka puis au Las Vegas, j’intègre l’équipe du Club 3000 (qui deviendra ensuite le Maxximum puis l’Odyssée) où je fais la connaissance d’un directeur hors pair : Yannick Richer. Je dois beaucoup à son professionnalisme. Il m’a initié à l’animation, mon point faible de l’époque, jusqu’à me confier une salle karaoké ! À tel point qu’autour de 2000, durant deux saisons, je deviens animateur pour la patinoire d’Angers. Ma ‘carrière’ de disque-jockey proprement dite s’arrête là où elle a débuté : dans la Doutre (Angers) à l’Évasion, en 2006.
C’est en 2009 que commence celle d’animateur-radio à Radio Campus Angers grâce à Maxime. Je continuerais l’émission de chanson francophone « L’Apéro vient en chantant » avec Sylvain jusqu’en 2013. En 2014, je suis en recherche d’une station FM pour y diffuser le même concept d’émission, toujours avec Sylvain. Parallèlement, je lance un podcast proposant un mix d’une heure sur l’actualité des discothèques (on ne se refait pas) : Le Club.

Le libre est une philosophie. J’ai pris connaissance avec le domaine du libre via les logiciels du même nom : GNU-Linux, Firefox, VLC, …, et bien sûr Audacity, l’éditeur audio-numérique avec lequel je réalise Sang libre. Une petite entorse au libre : j’utilise le format MP3, ceci dans le but d’être compatible avec tous les navigateurs internet et les baladeurs MP3.

Sang Libre vous proposera aussi souvent que possible (de l’ordre d’un rendez-vous hebdomadaire) une présentation d’une quinzaine de chansons libres, c’est-à-dire des titres qui ne sont pas déposés à la SACEM mais sous licence ouverte (un terme anglo-saxons les désigne : Creative Commons). La playlist de l’émission vous sera toujours livrée avec le podcast et avec elle, les liens menant aux morceaux et albums diffusés. Vous pourrez alors librement, gratuitement et légalement copier et distribuer ces titres.

Creative_Commons_-_20130214163811242.w_290.h_169.m_crop.a_center.v_top

Vous remarquerez que ces liens mènent le plus souvent vers le site Jamendo. En effet, Jamendo est le plus grand site francophone répertoriant de la musique libre, même s’il n’est pas le seul (comme Dogmazic par exemple). Tout comme dans Sang libre, vous y trouverez de la musique de toutes les nationalités, même si la majorité s’exprime dans la langue de Shakespeare. De même, vous y trouverez tous les styles comme l’électro, le hip-hop, la pop ou le rock. Contrairement à Jamendo, Sang libre fera l’impasse sur la musique classique, le jazz et la musique de film. En effet, ces genres rempliraient à eux seuls une émission.

Un petit aparté sur le nom du site : tuxakadjseb. Cela peut paraître excentrique mais est en réalité tout simple et égocentrique: j’ai deux pseudos : Tux et DJ Seb. Le sigle aka venant de l’anglais « also knows as », soit en français « aussi connu sous le nom de ».

Tux a.k.a. DJ Seb

3 réflexions au sujet de « À propos »

    1. Participer de près ou de loin aux RMLL est un honneur pour moi. C’est donc avec plaisir que j’accepte votre proposition. Question technique, l’émission « Sang libre » est actuellement diffusée en MP3 VBR 220-256kbps car de toute façon, mes sources (Jamendo) ne sont pas de meilleure qualité. Voulez-vous malgré tout un exemplaire flac ?

      Tux

  1. Salut,

    Je découvre à l’instant cette initiative via une recherche sur Royal Goulasch…
    Comme il n’y a pas de formulaire de contact, je profite de ces commentaires pour faire connaissance.
    J’ai vu que Jamendo était la principale source de musique libre pour les podcasts et j’avoue que c’est un site que je préquente peu parce que je suis un peu rebuté par la qualité audio qu’il propose. Je lui préfère Bandcamp, mais il est compliqué d’y trouver de la musique en libre diffusion. C’est pourquoi j’ai lancé CCMusicCamp (http://ccmusiccamp.tumblr.com/) il y a un peu plus d’un an et j’avoue que je ne serais pas contre un petit coup de main pour les mises à jour hebdomadaires 😉
    Sinon, autres sources pour découvrir de la musique en libre diffusion : le projet collaboratif Ziklibrenbib (http://www.acim.asso.fr/ziklibrenbib/) et mon site perso @diffuser.net (http://www.adiffuser.net/), peu actif cette année mais avec tout de même régulièrement des podcasts uniquement musicaux que l’on peut retrouver sur ma page Soundcloud (https://soundcloud.com/adiffuser)

    @ bientôt peut-être !

    Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *